TENSIONS ENTRE LE PERSONNEL ET LA VILLE, VOUS AVEZ DIT GOUVERNANCE DE GAUCHE ?

ABSENCES EN HAUSSE, DEMISSIONS, MALADIES...

ATTAQUE SUR LES INDEMNITES HORAIRES (un autre article suivra demain),

ET PAR DESSUS LE MARCHE, DES PROJETS POLITIQUES DE BAISSE DES SALAIRES DES FONCTIONNAIRES ! Ma réponse : pas de baisse des salaires, pas d'employés de la Ville au rabais !

Pascal ALTENBACH, candidat à l'élection au Conseil administratif de la Ville de Genève et au Conseil municipal

 

Depuis plus d'un an, quelle est la réaction des conseillers administratifs de la Ville de Genève : CIRCULEZ, IL N’Y A RIEN A VOIR !

Tout le monde le sait, mais pendant cette campagne électorale de 2020, personne n’en parle, on ne veut pas fâcher ! On veut ratissser large !

Les contentieux concernant les fonctionnaires de la Ville de Genève ont explosé depuis plusieurs années. Dans tous les départements l’absentéisme monte fortement.

En Ville de Genève, la plus grande administration de notre canton, qui dirige 4000 employés, cette administration donc voit augmenter le nombre de démissions, les litiges concernant les affaires du personnel, l’absentéisme et cela dans tous les départements!

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

Ce n’est pas rien, avec 4000 salariés. Les risques sont très importants dans la gestion des ressources humaines : le risque d’image lié au principe d’égalité de traitement et les risques financiers et opérationnel liés aux coûts ainsi qu’aux conséquences sur la qualité des prestations ou sur la motivations des collaborateurs.

Un rappel :

Les ressources humaines, ce sont : le recrutement, la gestion des paies, le processus de gestion des carrières, la mobilité et la promotion, le développement des compétences, la santé et la sécurité au travail, le positionnement et l’évaluation des fonctions. C'est très important et les dames et messieurs du Conseil administratif devraient s'en préoccuper davantage !

Dès l’instant que les tensions dans de nombreux départements se développent fortement, la réaction des Conseillers administratifs devrait être de réagir très rapidement. Ils en ont les moyens.

En janvier 2019, (la vapeur fait soulever le couvercle) un climat très tendu dans le département des construction est dénoncé, en février 2019 toujours, c’est le tour du département de la culture fortement critiqué par des syndicats. En avril 2019, le Conseil municipal a accepté un texte demandant des audits dans ces deux départements mais celui-ci a été refusé par le Service des affaires communales au motif que le Conseil municipal ne peut contrôler la gestion des ressources humaines !

Les magistrats pouvaient tout de même accepter les audits : il n’en a rien été.

Tout sous le tapis !

Au département de la culture et du sport, les gros problèmes concernant le personnel se situent au Musée d’histoire naturelle, au Musée d’art et d’histoire, à la bibliothèque d’art et d’archéologie, à la bibliothèque de Genève, aux bibliothèques municipales.

Au Département des constructions et de l’aménagement, des conflits très graves avaient été relevés. « Campagne de diffamation ! » a rétorqué le magistrat de gauche.

En ce qui concerne les contentions avec le personnel, c’est le service juridique de la Ville qui doit les traiter. En 2012, il y avait 20 cas, en 2018 il y a eut 82 dossiers ! Ainsi, Finances et logement en 2012, la progression est passée de 4 en 2012 à 16 en 2018, Culture et sport 2 en 2012, 18 en 2018 en passant par 15 en 2015, Environnement urbain et sécurité 8 en 2012, 27 en 2019, Cohésion sociale et solidarité, 5 dossiers en 2015 et la progression annuelle aboutit à 17 en 2018 !

CIRCULEZ, IL N’Y A RIEN A VOIR !

Comment savoir ce qui se passe réellement ! Tout est caché. Dans le Département de l’environnement urbain et de la sécurité, comme il a été dit plus haut, il y a eu 27 dossiers pour 2018. Le magistrat a laissé se faire deux importantes réorganisations avec une nouvelle directrice du Département. Les critiques principales : gestion hiérarchisée, personnalité cassante de la directrice, répression, membre du personnel sur « le fil du rasoir ».

Le Conseiller administratif Barazzone dirige ce Département et dit « qu’il a donné beaucoup de latitude à ses chefs de Service ». Depuis 2015, Il a été d’accord pour 80 sanctions contre certains fonctionnaires alors que le total pour tous les Départements a été de 166. Ce conseiller administratif qui dirige ledit Département a dit "qu'il a donné beaucoup de latitude à ses chefs de Service (ces problèmes seraient-ils des broutilles pour vous monsieur le Conseiller administratif ?).

Des syndicats dénoncent des tensions et des « méthodes de management démodées » de la part du personnel d’encadrement.

 

Au Département de la culture et du sport, dirigé par le socialiste S. Kanaan, sur 17 recours en justice en 2018, on en dénombre 7 chez ce dernier ! Des syndicats ont relevé des tensions et des méthodes démodées de management de la part des cadres notamment au Musée d'histoire naturelle et aux bibliothèques municipales.

Au département de la cohésion sociale et de la solidarité, le taux d'absentiéisme est le plus élevé de la Ville ! (8,6% en 2018) et le plus haut taux de rotation des équipes(c'est-à-dire le nombre de départs dans le personnel, chez les employés tout particulièrement) avec 51 personnes qui ont quitté le Département dont 22 DEMISSIONS ! "IL S'AGIT D'UNE MOBILITE POSITIVE "dit-on dans la hiérarchie, car on recrute de nouvelles personnes ! Ah oui ?  Qui donc ?

Dans le Département du Conseiller administratif R. Pagani, l’absentéisme a été plus fort que jamais en 2018 (plus 2,2%) observe-t-on dans les chiffres communiqués.

Certains fonctionnaires affirment qu’il y a du mobbing et beaucoup de départs volontaires !

En réalité les conseillers administratifs cachent leur politique de recrutement qui concerne, semble-t-il, des cadres et des nouveaux chefs et cheffes de Service.

Beaucoup disent qu'ils cassent les carrières des fonctionnaires travailleurs depuis des années et parachutent des personnes venues de l’extérieur et conforment à leur vision administrative, celle de la nouvelle gauche rentière dévoreuse du produit des impôts.

Est-ce un grand remplacement au sein du personnel de la Ville ?

BAISSE DES SALAIRES DES FONCTIONNAIRES ?

Il faut absolument considérer l'excellent travail et la qualité du service que, tout au long de l'année, les fonctionnaires de la Ville assurent, jour et nuit.

Ce sont avant tout à l'employeur (les ressources humaines de la Ville de Genève) et aux représentants des syndicats de traiter des questions salariales : concertations, concertations et encore concertations.

Pour ma part, si l'on tient compte du coût de la vie extrêmement élevé à Genève auquel sont soumis tous et toutes à Genève, il n'est pas question de réduire les salaires des fonctionnaires ! Pas d'employés au rabais ! Les économies doivent se faire au niveau du personnel d'encadrement et de la multiplication, au cours des deux dernières législature, des places de travail. Y a-t-il eu des créations de postes en trop grand nombre ! Il faut analyser le temps d'occupation de certains fonctionnaires. Certains accomplissent-ils réellement 8 heures de travail par jour pour un emploi à plein temps ?

Respect donc à l'endroit de la très grande majorité des employés de la Ville de Genève qui sont consciencieux, appliqués et qui doivent continuer à être fiers de leur fonction !

Pascal ALTENBACH, conseiller municipal UDC, candidat à l'élection au Conseil Administratif de la Ville de Genève.

 

Les commentaires sont fermés.